Déclaration impôt 2014

La déclaration des impôts 2014 est arrivée que ça soit en ligne ou par courrier depuis le mercredi 16 avril.

Voyons ce qui change pour cette déclaration d’impôt 2014 :

Il n’y a plus de déclarations « normale » ou « simplifiée » mais un seul modèle unique pour la déclaration en ligne ou sur papier. On rappelle que l’accès en ligne se fait sur le site impots.gouv.fr.

Un mot de passe est maintenant nécessaire ( à créer pour ceux qui n’en ont pas encore). Le site permet également de valider sa déclaration à partir d’une tablette ou d’un smartphone.

Le barème de l’impôt sur le revenu a été révisé après deux ans de gel. Le barème étant revu à la hausse, l’imposition devrait stagner voir baisser légèrement pour les contribuables dont les revenus sont identiques à l’an dernier. A contrario pour les familles nombreuses, mauvaise nouvelle, le plafond du quotient familial a fortement baissé à 1 500 euros par demi-part. La mesure peut être compensé par une loi Duflot.

A condition, cependant, de ne pas déjà dépasser le plafond des niches fiscales qui a été révisé à la baisse et qui ne permet plus de cumuler des avantages fiscaux qu’à hauteur de 10 000 euros maximum.

Un nouvel avantage pour les bas revenus vient compenser ces diminutions :  il s’agit de la décote. Ce dispositif permet de diminuer voire d’annuler les faibles impositions. La mesure étant reportée sur les autres contribuables en augmentant le revenu fiscal de référence, qui sert à calculer l’éligibilité à des dispositifs comme la prime pour l’emploi ou l’imposition des auto-entrepreneurs.

les bénéficiaires d’une mutuelle d’entreprise servant à remplacer petit à petit la sécurité sociale voient cette année la part de la cotisation prise en charge par l’employeur fiscalisée, ce qui en fait une augmentation des impôts déguisée.

Les intérêts, dividendes et plus-values sont considérés comme des revenus. S’ils dépassent 2 000 euros, les intérêts perçus en 2013 sont imposés au même barème que les autres revenus. Auparavant, tous les contribuables pouvaient opter pour une taxe forfaitaire de 24%. De même pour les dividendes, quelle que soit leur somme, et les plus-values effectuées sur les cessions de valeurs mobilières (essentiellement les actions et obligations). Pour ces dernières uniquement, des abattements ont été mis en place en fonction de la durée de détention.

Bonnes nouvelles pour les acheteurs d’un bien immobilier à louer en 2013, dans le cadre du dispositif Duflot, ils bénéficient pour la première année d’une réduction d’impôts, égale à 18% du montant de l’achat s’il ne dépasse pas 300 000 euros. Quant aux autres ils sont exonérés sur les plus values à partir de 22 ans contre 30 auparavant.

Vous avez jusqu’au 20 mai pour faire votre déclaration papier et jusqu’au 10 juin, sur internet, suivant les départements.

Ce contenu a été publié dans blog. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.